La lettre (suite).

>> lundi 17 novembre 2008


Je ment à moi même et je me perds
ton image me hante et prospère
je me vois encore chavirer devant ton regard si sincère
un regard sincère ne peut être éphémère
j'arrache la robe blanche et je me défais de ce calvaire
suis moi pour un nouveau départ pour qu'il n'y ait plus de gout amère
un bonheur qui ne durera pas cette fois le temps d'un éclair
"jamais je ne t'oubliais, c’est toi ou rien"
souviens toi de tes mots, une promesse qui ne peut s'évaporer en l'air.

Et à présent qu'est ce que tu deviens?
tu me cherche encore, tu te languis de moi?
ou est passé cette amour qui était le tien
te souviens tu de ta promesse, de tes mots imbibés de foi?
"jamais je ne t'oublierais, c'est toi ou rien"

mais à quoi servirais ses regrets
à quoi bon se noyer dans ce chagrin et pleurnicher
même si cette lettre, ce bout de papier lui parvenait
ses larmes noieraient les mots inscrits qui a leur tour s'effaceraient
demeure une question qui la torturait
une pensées qui n'arrêtaient pas de foudroyait son esprit égaré
de ravager son intérieur, de bousculer ses idées
la lettre a t elle retrouvé à un autre chemin, une autre destiné?
elle lui était adressée mais elle n'est jamais arrivée
sur quelle fenêtre s'était elle arrêtée?


Ma lettre gisait auprès de toi mais tu ne la voyais pas
Relis la et tu comprendras
l'amour est un jeu dont je suis l'unique perdant
tu te crois victime mais tu ne l'es pas
quand ma lettre sonnait à ta porte, tu choisissais déjà ta robe en blanc
si je ne te souhaite pas la vie à laquelle tu inspire et tu inspireras
c'est que je te souhaite bon débarrât et bon vent

4 commentaires:

rami 24 novembre 2008 à 06:34  

bonjour chère cerise,

il y a plusieurs types de promesses. Celles qu'on satisfait car on le doit et celles qu'on satisfait car on le veut. Celle que tu décris fais partie de la deuxième catégorie.
Une promesse pareille peut devenir une raison de vivre ou le réconfort qu'on cherche pour donner un sens à notre vie. Je pense pas que c'est le genre de mots destinés à disparaître, en tout cas pas dans mon monde :-)

Cerise & RadioDrama 24 novembre 2008 à 23:26  

je t envie pr ce monde ou tu vis car les mots ont leurs vrai résonance chez vs :)

raaaaaaaaaaaammii j arrive pas a accéder a ton blog:( wa33333333333

rami 28 novembre 2008 à 01:12  

chère cerise, j'étais un peu occupé par le travail ces jours-ci alors j'avais pas vu ton message

pour mon blog le liens est le suivant :
scorpionthoughts-orion.blogspot.com

tu es la bien venue :-)
et mon monde n'est pas si spécial que ça pour l'instant y a que moi dedans :-)
je te dis à très bientôt ;-)

Cerise & RadioDrama 28 novembre 2008 à 13:28  

c pas grave :) en fait,je perds un peu les pédales,j avais déjà visité ton blog et g même posté un petit commentaire ou deux pr toi :)
bon travail monsieur :)

Guernica

Guernica
Picasso

  © Blogger template Inspiration by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP