La Lettre

>> dimanche 9 novembre 2008



Assise au rebord de sa fenêtre
se débinant de ses souvenirs qui se feutrent
elle attendait cette lettre,ces lettres
si seulement elle le savait?
comment pouvait elle l'ignorait?

La lettre, il lui a écrite
mille et une fois il l'a transcrite
essence de son cœur
une fragrance de douceur
un cri au bonheur
si seulement elle savait
comment pouvait elle l'ignorer

que lui dire
que lui écrire?
lui parler de l homme qu'il est
ou peut être de l'homme qu'il était
un homme qu'elle a transformé, transfiguré
un homme qui se cherchait
un homme perdu
qui ne s'est jamais retrouvé
un sort qu'elle a jeté
dans un élan de naïveté
une inconscience émancipée
qui fleuretait en toute légèreté
avec son âme déboussolée

elle contemplait la lune
il décapitait la brume
elle attendait sa lettre
il déversait son mal être

elle était devant ses yeux
au plus profond de ses yeux
et il ne voyait qu'elle
elle qui savait tout
qui s'entêtait à aller au bout
de ses derniers retranchements
de ses paris fous
elle attendait au bords de sa fenêtre
priait son étoile, ses ancêtres
à quand lui parviendra la lettre?


Une Cerise inspirée...qui a gribouillé :)

2 commentaires:

rami 12 novembre 2008 à 05:50  

"Tout pouvoir humain est un composé de patience et de temps. Les gens puissants veulent et veillent."

mais je pense que la patience tue.
Merci pour le poème que tu m'as dédié je t'ai laissé un petit com :-)

Cerise & RadioDrama 12 novembre 2008 à 11:45  

j y v tt de suite consulter ton petit commentaire :)
miiccccccii pr toi :)
j arrive pas a accéder a ton blog!!comment ca se fait?

Guernica

Guernica
Picasso

  © Blogger template Inspiration by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP